28 janvier 2021 Pasteur, un projet "école"
Formation Greta cuisine collective-DR
Culture et médiation
Partager

Peut-on être en chantier et accueillir en toute sérénité ? Un lieu public peut-il ressusciter avant d’avoir reconquis des « fonctions officielles » et de s’être « mis aux normes » ?

Au cœur de Rennes, Pasteur continue de nous mettre le doute, à dessein !

Pasteur a officiellement débuté sa métamorphose en février 2018, avec une conférence de presse, un week-end de Portes ouvertes, des performances artistiques, un hackaton et une « braderie du réemploi ». On pourrait croire qu’ici l’expérimentation et le tâtonnement vont laisser place à la routine du chantier. Mais à Pasteur, sous la houlette de l’équipe dédiée, de son réseau de partenaires et des architectes de l’agence Encore Heureux, il se passe encore quelque-chose d’inhabituel... Quelque-chose qui a fait le voyage jusqu’à Venise en mai 2018, pour la 16e Biennale d’ArchitectureEncore Heureux y portait le commissariat avec le projet bien nommé des « Lieux Infinis »...

 

« FAIRE AVEC »

 

En février 2021, l’Hôtel à Projets côtoiera une école maternelle (1 600 m² répartis sur le rez-de-chaussée et l’entresol) et un EducLab (un espace dédié au numérique éducatif, sur 300 m²). Les deux cours intérieures ont retrouvé leur physionomie originelle et accueillent des cours de récréation végétalisées. L’Hôtel à Projets continue ses pérégrinations sur 2 150 m², répartis sur les étages supérieurs. Soit 10 M€ de travaux pour une nouvelle vie prometteuse, à la croisée des usages...

Après 5 ans de foisonnement* qui ont permis de « mettre le bâtiment à l’épreuve par l’usage », les travaux ont débuté débuté début 2018 pour environ deux ans de travaux.

 

Pasteur, « un lieu qui comprend en lui le sujet du réemploi », indiquait Sophie Ricard, architecte coordinatrice de l’Hôtel Pasteur pour Territoires. De Martenot (architecte du bâtiment livré en 1896) à Encore Heureux, Pasteur en a vu de toutes les couleurs : faculté des sciences jusqu’en 1970, faculté dentaire jusqu’en 2006, centre de soins dentaire jusqu’à aujourd’hui et Hôtel à Projets depuis 2015.


Participation et réemploi, tels ont été les maîtres-mots du chantier Pasteur. « Nous avons réussi à dénormer », se félicite Sophie Ricard. Tout en répondant aux règles des ERP, l’équipe de Territoires et sa maîtrise d’œuvre ont trouvé la recette pour concilier sécurité, confort et valorisation de l’existant : « toutes les paillasses seront conservées.  Le Centre dentaire et l’hôtel Pasteur ont monté un partenariat pour la reprise 50 % du mobilier du centre dentaire, dont 25 % pour la braderie et 25 % pour meubler l’Hôtel à Projets ».


Mais surtout, cette seconde phase de chantier (après la mise hors d’eau et hors d’air du bâtiment engagée fin 2017) s’appuie sur un principe de « réhabilitation différenciée » selon les trois activités futures du bâtiment. Il a été convenu de mettre seulement hors-gel les deux ailes du bâtiment où on ne reste pas. Ces espaces seront chauffés à 13 degrés maximum et serviront d’espaces tampons pour les autres espaces chauffés (l’école en particulier). Une solution qui permet de retrouver les grands planchers, de conserver les murs d’origine, les volumes et l’âme du bâtiment.

 

CHANTIER OUVERT, CHANTIER ÉCOLE

 

S’il est des travaux votés à l’unanimité à Rennes, ce sont ceux de Pasteur. « Il y a énormément de demandes pour être à Pasteur. C’est un endroit où on a envie d’aller créer, fabriquer, croiser... », expliquait Sylvie Robert en 2018, adjointe à la maire de Rennes déléguée à la communication.  A l’image de ce lieu « identifié et estimé », « il fallait une démarche de maîtrise d’œuvre particulière ».

Comme il y a eu des permanences d’architecture, il y a donc eu des « permanences de chantier ». La cité de chantier était intégrée au bâtiment plutôt qu’exilée sur ses pourtours. Pour Sophie Ricard, les Compagnons Bâtisseurs ont été considérés comme « de nouveaux hôtes » et se sont installés à côté des bureaux de la maîtrise d’œuvre et d’usage.

Suite logique du bouillonnement à l’œuvre, Pasteur s'est également mué en « chantier école ». Un chantier d’insertion professionnelle et deux Actions Territoriales d’Expérimentation (ATE) ont permis d’aménager l’EducLab et l’Hôtel à Projets. Un second ATE, porté par les Compagnons Bâtisseurs et de nombreux partenaires locaux, a lui eu pour rôle la remobilisation de publics en situation de précarité, sur la thématique du réemploi.


Côté école maternelle, la végétalisation et l’aménagement paysager des cours ont été confiés à des étudiants en BTS Aménagement paysager et horticulture du lycée de Bréquigny, associés à l’atelier MaDe (jeune agence de paysagistes et architectes), tandis qu’un jeune designer a apporté son concours à la conception de la cuisine collective.


Des étudiants des sections Art, Design et Communication de l’Ecole Européenne Supérieure d’Art de Bretagne ont pris part à l’aménagement de l’Hôtel à Projets (future gamme colorimétrique, luminaires, charte graphique dédiée à la signalétique...).


Et bien sûr, des portes ouvertes du chantier et des performances artistiques, notamment avec les Tombées de la nuit, ont jalonné ces mois de travaux. 

 

* Depuis le lancement de l’Université foraine en 2013 puis l’installation de l’Hôtel à Projets en 2015