15 mai 2019 Chevaigné : le choix de la SPLA Territoires Publics pour un accompagnement renforcé
Chevaigné, La Branchère - Jeremias Gonzalez
Stratégies urbaines
Partager

Territoires accompagne la commune de Chevaigné depuis le début des années 2000 via la Sem Territoires & Développement. Le projet urbain de la Branchère touchant à sa fin, la commune engage une nouvelle opération d’aménagement qui doit lui permettre de maîtriser son développement tout en répondant à son attractivité et aux enjeux du Programme local de l'habitat (PLH).

En 2018, Chevaigné est donc entrée au capital de la SPLA Territoires Publics, à qui elle a confié la nouvelle Zac multi-sites des Trois Lieux, également créée en 2018. Une opération qui ne manque pas d’ambition.

 

Cette proximité avec Territoires, c’est aussi ce qui nous permet de gagner du temps

 

Entretien avec Sandrine Vincent, maire de Chevaigné

 

"À Chevaigné, nous avons le souci d’absorber de fortes demandes de logement, liées

notamment à la présence de la gare. Nous accueillons beaucoup de jeunes familles qui

souhaitent se loger dans un environnement rural, profiter de cet esprit de village. Nous

voulons respecter le PLH mais en accueillant ces nouveaux habitants dans de bonnes

conditions, en disposant des équipements publics adaptés. Nous ne voulons pas devenir

une commune dortoir. C’est tout cela qui nous pousse à continuer le compagnonnage avec

Territoires.

 

Nous sommes donc entrés, en 2018, au capital de la SPLA Territoires Publics pour

accéder à toute la palette de compétences que l’aménageur regroupe : l’aménagement

opérationnel, les marchés publics, le montage financier de l’opération… C’est ce qui nous

permet de soulever différents sujets qui nous tiennent à coeur. Par exemple, nous posons

la question du coworking et de son intérêt dans une commune comme la nôtre, au moment où nous définissons ce que sera le projet de renouvellement du centre-bourg. Aurélie

Chatellier, la responsable d’opérations qui nous accompagne, nous aide à mettre des gens

autour de la table. J’ai accès à certains partenaires et elle à d’autres. La réflexion que nous

engageons sera le fruit d’une écoute mutuelle et d’une mise en réseau.

 

Je pense qu’il faut qu’il y ait un projet urbain pour ouvrir ce type de réflexion. Sur La Branchère, nous avons réfléchi à de nouvelles façons d’habiter, notamment avec le projet d’habitat participatif de l’éco-hameau. Sur Les Trois Lieux, en particulier sur le secteur centre-bourg, nous avons l’occasion de repenser les façons dont nous travaillons et nous nous déplaçons. Nous saisissons aussi cette occasion pour repenser la place des aînés, des familles monoparentales, des personnes vulnérables... Via Territoires, nous avons accès aux expériences d’autres communes, aux problématiques qui sont les leurs dans le contexte de la métropole rennaise. Le PLH s’impose à nous, mais tout ce qui est lié au vieillissement, au vivre ensemble, c’est notre rôle d’imaginer des réponses communales, et nous avons besoin de les partager avec notre aménageur. 


Cette proximité avec Territoires, c’est aussi ce qui nous permet de gagner du temps, en assurant une continuité entre la phase d’études préalables et le passage à l’opérationnel. On préserve ainsi un lien direct entre les décisions liées aux étapes de concertation et le projet urbain. La concertation menée dès 2014 sur l’opération des Trois Lieux a affirmé comme enjeu prioritaire la réutilisation sur site des terres excavées.

 

L’expérience de La Branchère a pour cela été décisive. L’enjeu « zéro remblais » est peut-être utopique, mais c’est à l’aménageur et à sa maîtrise d’œuvre de trouver les solutions. C’est imposé dans les cahiers des charges de cession de terrain. A l’aménageur de suivre ensuite le respect de cette ambition communale."