Aménager est un acte collectif et solidaire

 

Il n’est pas facile de rendre compte de l’année 2020 qui nous revient comme une suite de coups d’arrêt et de coups d’accélérateur, au gré des retraits et rebonds de l’épidémie, à laquelle Territoires n’était évidemment pas préparé, et dont l’un des impacts fut de bouleverser le calendrier du renouvellement des équipes municipales, qui sont les interlocuteurs quasi-quotidiens de notre travail.

Passé la sidération du premier confinement, il nous a fallu nous adapter à ce contexte changeant. Avec la conscience que notre activité n’était pas, de loin, la plus pénalisée ; que nous avions la chance, et donc la responsabilité, de continuer à agir. Grâce à un effort d’équipement, considérable en si peu de temps, et d’adaptation de notre organisation, nous avons pu reprendre la conduite de nos projets, avec des décalages et des impacts financiers somme toute limités. Comme beaucoup, nous avons appris à manipuler de nouveaux outils, à travailler à distance les uns des autres, en essayant de ne pas malgré tout perdre le contact. Nous avons apprécié d’éviter des déplacements, de gagner ainsi du temps tout en réduisant notre impact carbone.

Mais la production de la ville n’est pas totalement dématérialisable. C’est même ce caractère tangible, durable, la confrontation inévitable à la réalité matérielle, qui font la saveur et la difficulté
de notre métier.

Et surtout, d’avoir été limités dans nos contacts nous a fait sentir à quel point l’acte d’aménager est un acte collectif, qui mobilise de multiples acteurs et compétences, associe diverses fonctions et s’adresse à une pluralité d’usagers. La solidarité des équipes, pour produire une ville elle-même plurielle et solidaire, doit rester un acquis de cette année 2020.

 

Jean Badaroux

Directeur général de Territoires Publics et Territoires & Développement

Directeur général délégué de la SPLA ViaSilva

Président de la SAS Territoires & Perspectives